Chaque jour,
trois québécois s’enlèvent la vie.


Ainsi, en 2008, 1103 personnes se sont enlevé la vie au Québec, 76% étaient des hommes. Ces statistiques nous placent à la position peu enviable de première province canadienne et en 5e position au niveau mondial. Contrairement à la croyance populaire, ce ne sont pas les jeunes qui se suicident le plus.

Répartition des suicides par groupes d'âges

Ces statistiques ne montrent que la pointe de l’iceberg. Le nombre de personnes touchées par le suicide d’un proche ou par des idées suicidaires est beaucoup plus important. Les statistiques ne mesurent pas la souffrance des personnes et de leur entourage, pas plus qu’elles ne quantifient les conséquences familiales et sociales engendrées par cette problématique. De plus, la détresse psychologique, la dépression, le burn-out ont des effets importants sur la société et la productivité.


En 2007, le nombre de décès par suicide était de 1 111 alors que le nombre de décès par accident de la route était de 583. Or, rappelons-nous qu’il y a vingt ans, les accidents de la route et la mortalité qui en découle étaient perçus comme inévitables. La société québécoise a pourtant réussi, par une action publique massive et concertée, à réduire fortement les pertes de vies associées aux accidents de la route.

Répartition des suicides par groupes d'âges

À Courir pour la vie, nous croyons fermement à la mise en place de programmes de prévention à grande échelle et à une mobilisation majeure de la population pour interpeler les différents acteurs gouvernementaux en collaboration avec le secteur privé pour diminuer, à l’image de la réussite de la sécurité routière, le nombre de décès par suicide au Québec.